Rétrospective et bilan du mouvement contestataire en Russie
Partager

Le mouvement de contestation en Russie a fêté son premier anniversaire en décembre 2012.  Les opposants déplorent sans conteste que Poutine occupe toujours le sommet du pouvoir russe. Force est de constater qu’il n’y a pas eu de révolution de couleur en Russie. Pour autant, l’engagement des citoyens et la vie politique ont évolué en l’espace d’un an. Rétrospective sur une année de contestation sans précédent en Russie.

1614068_3_099a_environ-250-militants-de-l-opposition-russe 

Mobilisations spontanées contre les fraudes électorales

Le 4 décembre 2011, une manifestation non autorisée rassemblait quelques milliers de personnes le soir même des élections législatives. L’ampleur des fraudes constatées et diffusées sur internet grâce aux photographies et vidéos prises par téléphone portable a poussé des citoyens ordinaires, non-adhérents à un parti dans leur majorité, à manifester leur désaccord. En outre, le roque dans le tandem Medvedev-Poutine avait exaspéré bon nombre de citoyens. En effet, quelques mois plus tôt, le 24 septembre 2011, au cours du XIIe congrès du parti Russie Unie, Vladimir Poutine « accepte la proposition qui lui est faite » d’être le candidat à la présidentielle du 4 mars 2012. Il indique dans la foulée que s’il accède à la fonction suprême, il demandera à Dmitri Medvedev de devenir son Premier ministre.

Dans le mois précédant les élections, des citoyens, membres d’associations ou simples civils, se sont constitués observateurs. Parmi les associations organisatrices, Golos[1] s’est fait une spécialité de traquer ces manquements aux règles du jeu démocratique depuis le début de l’ère Poutine tandis que la plateforme collaborative « Carte des infractions »[2] a répertorié tous les cas de fraudes. Des partis d’opposition, quelque peu marginalisés, dont Solidarnost et le Front de gauche avaient déposé une demande préalable pour une manifestation de 300 personnes. L’afflux des électeurs indignés a dépassé toutes leurs attentes. Parmi les participants les plus actifs, on retrouve les représentants de la classe créative : les internautes politisés des forums, les fans des chanteurs de rock importants , des jeunes free-lancers, journalistes, artistes, designers, juristes, rédacteurs, spécialistes en technologies informatiques et en relations publiques… mais pas seulement.

De larges segments de la population ne se reconnaissent pas dans l’offre politique officielle, plus ou moins contrôlée par le pouvoir. Dans la décennie 2000, Vladimir Poutine contrôle une opposition, qu’il a parfois contribué à créer de toutes pièces. A côté du parti présidentiel Russie Unie, subsistent deux partis issus des années 1990 : le Parti communiste de la Fédération de Russie (KPRF), dirigé par Guennadi Ziouganov, et dont les scores ont été divisés par deux depuis l’ère Elstine, et le Parti Libéral-Démocrate de Russie (LDPR), mené par Vladimir Jirinovski, qui obtient environ 10 % des votes. Le parti LDPR reste sous contrôle du Kremlin, tandis que le parti KPRF balance entre l’opposition modérée et le soutien du régime. Le parti Russie Juste, dirigé par Sergueï Mironov, s’inscrit dans la lignée de la social-démocratie. Il est réputé contrôlé par le Kremlin, et sert à donner l’illusion d’un multipartisme à la Douma. Ces trois formations représentent l’opposition dans le système.

Entre les élections législatives et les élections présidentielles, des manifestations de masse ont occupé les rues de Moscou et des villes millionnaires de Russie. Le 10 décembre, malgré une intimidation importante, la menace de licenciements et l’appel de célébrités à ne pas sortir dans la rue, une autre manifestation d’envergure[3] a rassemblé plusieurs dizaines de milliers de personnes, initialement prévue Place de la Révolution, et finalement déroutée Place du Marais (Bolotnaya)[4]. Il s’agit de mobilisation avant tout spontanée. Certains manifestants se sont mobilisés via les réseaux sociaux et les plateformes de blog, mais ils sont loin de constituer la majorité des personnes qui se sont déplacées lors des manifestations. Même si Internet constitue un outil important de mise en relations d’individus politisés, une partie non négligeable des individus sont venus sans la médiation d’internet. Parmi les revendications, tous réclament la tenue de nouvelles élections, non entachées de falsifications.

Le 24 décembre, le rassemblement, certainement le plus important, se déroule place Sakharov tandis que le 4 février, il est tenu de nouveau à la place du Marais. Le 27 février, les opposants organisent un « Cercle blanc », c’est-à-dire une longue chaîne humaine entourant le Cercle des jardins, un boulevard circulaire du centre-ville de Moscou[5]. Les activistes pro-Poutine réagissent à cette manifestation en venant avec des pancartes en forme de cœur où est inscrit « Poutine on t’aime tous ! ». Dans les grandes villes, des manifestations se tiennent également, même si les autorités régionales se montrent souvent plus sévères, comme à Nijniy Novgorod.

Une opposition extraparlementaire sur le devant de la scène

Des figures nouvelles ou anciennes de l’opposition dans le système ou hors système, se sont attachées au mouvement spontané et ont cherché à en prendre la direction. Ainsi, des tours de parole ont été organisés sur une scène. Toutefois, les participants à ces mobilisations ont manifesté avant tout leur opposition au Kremlin, plus que leur adhésion à l’opposition[6]. A partir du 24 décembre, la prise de parole des orateurs faisait l’objet d’un vote sur Facebook au préalable. A la surprise des politiciens, le choix des orateurs se portait souvent sur les intellectuels et les gens de culture comme le poète Dmitri Bykov, le journaliste Leonid Parfionov ou l’écrivain Boris Akounine. De nouvelles figures comme Alexei Navalny étaient aussi plébiscitées.

Trois grandes composantes, presque antagonistes, s’unissent dans ces manifestations anti-Kremlin : les libéraux, la mouvance nationaliste et les forces de gauche. Les libéraux rassemblés dans les formations telles que Solidarnost, mené par Boris Nemtsov et PARNAS mené par des leaders comme Vladimir Ryjkov, Mikhaïl Kassianov. Dans le spectre politique russe, les libéraux défendent l’Etat de droit, le pluralisme politique, la démocratie parlementaire, le règne de la loi, l’économie de marché et la tolérance sociale et vis-à-vis des immigrés.

Boris Nemtsov compte dans ses expériences le poste d’ancien vice-premier ministre de Boris Elstine, et d’ancien conseiller du président ukrainien issu de la révolution orange, Viktor Iouchtchenko. En 2008, il fonde le mouvement démocratique Solidarnost, coalition de partis et d’associations de défense des droits de l’homme, avec l’ancien dissident Vladimir Boukovski, l’opposant et ancien joueur d’échec Garry Kasparov et Ilya Iachine.

Evguenia Tchirikova (photo) pour sa part, est une nouvelle venue sur la scène de l’opposition. Elle se présente comme une simple mère de famille, venue s’installer dans la banlieue de Moscou, près de la forêt de Khimki, et qui a été scandalisée par le projet autoroutier de Vinci et s’est donc lancée dans une bataille contre la multinationale française et la mairie de Khimki. Elle porte ce combat écologiste jusqu’aux instances européennes. Elle a été plébiscitée par les internautes pour participer au Comité d’organisation du mouvement « Pour des élections honnêtes », composé majoritairement de représentants de la société civile.

photo-evguenia

Cette frange de l’opposition peut s’appuyer sur les médias libéraux, presse, radio, télévision, qui bénéficient d’une audience certaine et constitue un véritable marché.

Une myriade de groupuscules nationalistes, aux noms très évocateurs tels que le Mouvement civique russe « La Renaissance, le Siècle d’or », le Mouvement contre l’immigration illégale, la Force slave, les Loups blancs… s’opposent également au pouvoir pour des motifs différents. Ils s’attaquent aux migrants issus du Nord Caucase et d’Asie centrale, qui occupent des emplois non qualifiés dans les grands centres urbains.

Enfin, une composante de gauche représentée, entre autres, par le Front de gauche. Le Front de gauche défend un Etat fort, le développement de l’industrie nationale, la nationalisation des ressources naturelles, l’interdiction de la propriété privée sur le foncier, la nationalisation du système financier, l’introduction du contrôle sur le commerce extérieur, la nationalisation des principaux moyens de production et a parfois des accents anti-occidentaux[7]. Pour la présidentielle russe, le parti soutient la candidature du communiste Guennadi Ziouganov. Son leader, le trentenaire Sergueï Oudalstov, bat les records d’arrestation et d’emprisonnement depuis le début des manifestations. Fils d’un diplomate et directeur d’université, Sergueï Oudaltsov entre en politique, dès la fin de ses études, dans des formations de gauche et est à l’origine de la création du Front de gauche en 2008.

La plateforme commune de ces trois mouvances consiste à revendiquer la dissolution de la Douma et après le 6 mai, la libération des prisonniers politiques.

Certains intellectuels et gens de culture, quant à eux, se sont constitués en une Ligue des électeurs dès décembre 2011. Elle compte Boris Akounine, écrivain et traducteur du japonais, Leonid Parfionov, journaliste et présentateur télé, Sergueï Parkhomenko, journaliste de la presse libérale qui a travaillé un temps à la radio « Echo de Moscou », puis est passé journaliste à la revue « Autour du monde ». Parmi ses rangs, se trouve aussi Olga Romanova, journaliste et responsable de l’ONG « Rous’ Sidyachaya »[8], constituée en février 2012 et qui s’est fixé comme objectif d’aider et d’apporter des financements pour affronter le système judiciaire aux personnes inculpées à tort. La ligue des électeurs déclare s’opposer aux falsifications des élections et soutenir un travail honnête des médias et des organes d’Etat. D’autres organismes de la société civile se sont constitués à cette occasion.

Réaction ambivalente de Medvedev

Face à ces mobilisations de masse, la réaction du pouvoir s’est montrée ambivalente. Tout en niant la réalité de ces fraudes, Dmitri Medvedev a promu deux réformes de libéralisation politique.

D’une part, l’enregistrement des partis en vue des élections a été assoupli. Quand, auparavant, un parti était autorisé à concourir s’ils réunissaient 40 000 militants, et des antennes régionales comptant au moins 400 membres chacune dans au moins 83 régions de la Russie, la nouvelle loi abaisse à 500 le nombre de militants minimum pour l’enregistrement. Aux 7 partis enregistrés officiellement, se sont ajoutés 47 nouveaux partis enregistrés jusqu’en janvier 2013[9]. Bien évidemment, la profusion des partis peut constituer un obstacle à l’émergence d’une opposition forte, capable de concurrencer Russie Unie. De plus, la nouvelle loi n’autorise pas la constitution de blocs réunissant plusieurs partis pour se présenter à une élection. Dans une telle situation, quatre partis communistes risquent de se présenter à la même élection. Grâce à cette loi, le parti RPR-PARNAS (Parti républicain de Russie – Parti de la liberté populaire), parti assez conséquent parmi l’opposition libérale, a pu s’enregistrer auprès du Ministère de la Justice dès le 5 mars 2012.

D’autre part, l’élection des gouverneurs de région est rétablie. Toutefois, un « filtre municipal » est instauré, c’est-à-dire que les candidats doivent réunir les signatures de 5 à 10 % des conseillers municipaux en vue de l’élection. En pratique, Russie Unie est largement majoritaire dans les conseils municipaux, ce qui constituera un frein évident à la candidature de gouverneurs en dehors de ce parti.

Dans le même temps, le pouvoir dénie toute légitimité du mouvement à représenter la population russe et y voit l’action de l’étranger, notamment de l’Occident. A titre d’exemple, le documentaire « Anatomie de la contestation »[10] diffusé le 15 mars sur la chaîne NTV explique que les opposants au régime de Vladimir Poutine agissent pour le compte des Etats-Unis et sont payés pour déstabiliser le pays. Les opposants sont accusés d’avoir organisé les fraudes aux élections et les manifestants d’être payés pour se rendre aux meetings. Ce documentaire a provoqué la colère des opposants, qui, dès le 18 mars, près du Centre de télévision Ostankino, organisent les funérailles symboliques d’une « télévision qui dit la vérité ».

Pour démontrer le soutien populaire du régime, le Kremlin organise des meetings de soutien en faveur du candidat Poutine, très vite dénommés « poutings ». Ces rassemblements de sympathie sont montés de toutes pièces : les fonctionnaires, les ouvriers, les employés des entreprises publiques reçoivent des pressions plus ou moins explicites de leur administration ou de leur employeur. Certaines personnes sont payées. Des autocars viennent récupérer les employés à la sortie d’une entreprise. Certains opposants se sont rendus à ces « poutings » et ont questionné les manifestants sur leurs motivations. Ces derniers se sont montrés incapables de dire pourquoi ils sont venus, pourquoi ils soutiennent Poutine et ce que signifient les slogans sur leurs pancartes[11].

Les présidentielles confirment Poutine, l’opposition ne désarme pas

Les citoyens se mobilisent encore davantage pour l’observation des élections présidentielles du 4 mars. En définitive, les fraudes se sont avérées moins massives que lors des élections législatives trois mois plus tôt. Vladimir Poutine ressort encore une fois grand vainqueur de ces élections. Il remporte l’élection au premier tour avec 63,9 % des voix devant le communiste Guennadi Ziouganov (17,18 %), le libéral Mikhaïl Prokhorov (7,7 %), le nationaliste Vladimir Jirinovski (6,24 %) et le social-démocrate Sergueï Mironov (3,84 %). Même s’il faut compter avec les fraudes, force est de constater qu’une large part de la population ne souhaite pas le changement. De plus, les lois électorales mises en place depuis 2000 et l’ensemble de la politique du Kremlin ont entravé l’émergence de leaders politiques crédibles.

Aux lendemains des élections, même si la fréquentation est en baisse, les manifestations ne cessent pas. Et le pouvoir réagit désormais de manière plus autoritaire. Le 5 et le 10 mars, se déroulent deux larges meetings. La veille de l’investiture de Vladimir Poutine, le 6 mai, est organisée la « Marche des millions », selon le terme popularisé par Sergueï Oudalstov. Dans une dynamique plus radicale, ils réclament une « Russie sans Poutine » et « un pouvoir honnête ». La manifestation s’est caractérisée par des heurts entre la police et les manifestants. Douze personnes sont arrêtées.

A la suite de ces heurts et de la fermeté des policiers au cours de la manifestation du 6 mai, les opposants russes ont manifesté une semaine entière, se déplaçant par groupe de 200 personnes d’un lieu à l’autre. Ils ont réussi à s’installer sur quelques boulevards. Prenant l’exemple américain d' »Occupy Wall Street », les activistes russes adoptent la formule « Occupy Abaï », en référence à la statue du kazakh Abaï Kounanbaev, dressée sur le boulevard Tchistie prudi. Le 11 mai, plusieurs personnalités de la culture organisent en signe de protestation contre les répressions une « Promenade des Hommes de lettres », le long des boulevards de la capitale. La douzaine d’écrivains, journalistes et musiciens, dont l’écrivain Boris Akounine et le journaliste Dmitri Bykov, ont été rejoints par plusieurs milliers de personnes le long de leur parcours. Le 26 juillet puis le 15 septembre, les manifestants se rassemblent de nouveau pour exiger en plus des exigences précédentes, la libération des prisonniers politiques.

Un problème de leadership dans l’opposition

Le mouvement s’essouffle, les manifestations rassemblent de moins en moins de monde. Les citoyens retournent à leurs occupations quotidiennes, tandis que l’opposition se trouve confrontée aux dissensions entre libéraux et nationalistes et à un problème de leadership.

Ces éléments n’échappent pas au pouvoir, qui accuse l’opposition de ne pas être suffisamment représentative de la population, et de ne faire émerger aucun leader solide, capable de challenger Vladimir Poutine. Face à ces critiques, les opposants entreprennent d’organiser des élections par internet au sein de l’ensemble du mouvement pour former le Conseil de coordination de l’opposition. Ce conseil doit comporter 45 députés, dont 30 seront issus d’une liste générale et 15 choisis selon des quotas idéologiques parmi les listes des libéraux, des forces de gauche et des nationalistes. Le scrutin prévu les 20 et 21 octobre 2012, est prolongé de 24 heures en raison d’une attaque informatique. 209 candidats sont en lice, dont les stars de l’opposition, mais aussi des étudiants, des blogueurs, des entrepreneurs, des écrivains… Néanmoins, plusieurs leaders de l’opposition se refusent à participer. Ilya Ponomariov, jeune garde du parti social-démocrate, présent à la Douma, Russie Juste, a retiré sa candidature, justifiant sa décision par des critiques portant sur l’organisation du vote. Plusieurs militants sont également dissuadés de se porter candidats en raison de changements fréquents dans les règles de l’élection. Au final, plus de 81 000 personnes participent au vote. Alexei Navalny et Dmitri Bykov, deux figures indépendantes des partis, arrivent en tête[12].

L’avocat et blogueur Alexei Navalny[13] a d’abord rejoint le parti d’orientation libérale Iabloko en 2000, et adhère ensuite au parti nationaliste Narod. Proche de certaines factions nationalistes, il combine ce choix avec une orientation libérale modérée. Il a notamment participé depuis plusieurs années aux « Marches russes », grand défilé, rassemblant les nationalistes modérés autant que des néo-nazis. A partir de 2007, il s’attaque à la corruption des grandes compagnies d’Etat. Sur son blog, il dévoile des affaires de corruption, comme au sein de la banque d’Etat VTB ou celle de la compagnie gérant les oléoducs Transneft. Il devient actionnaire minoritaire de ces sociétés pour agir de l’intérieur, dénoncer certaines malversations et réclamer plus de transparence. Il s’est fait largement connaître en Russie à travers plusieurs plateformes collaboratives qu’il animait autour de la corruption des autorités publiques. Lancé en décembre 2010, RosPil[14] consiste en une plateforme collaborative où les internautes font état des malversations dans l’octroi des marchés publics, tandis que le site RosYama[15], lancé en mars 2011, propose de poster des photographies des routes endommagées pour contraindre les autorités publiques à la réparation des nids de poule. Au moment des élections, il lance la plateforme RosVybory qui pousse les internautes à se faire observateurs pendant les élections, tout en fournissant les documents nécessaires. Pour l’élection présidentielle du 4 mars, il a été un moment pressenti comme candidat pour affronter Vladimir Poutine. Il est à l’origine de l’expression « Le parti des escrocs et des voleurs » pour qualifier Russie Unie, laquelle a fait florès parmi les opposants. Accusé par le pouvoir d’être à la solde du Département d’Etat, il flirte souvent avec des positions nationalistes.

Dmitri Bykov (photo), pour sa part, se définit comme un poète professionnel. Il a œuvré comme éditorialiste et journaliste dans de nombreux journaux, dans la presse libérale et satirique. Il est connu pour l’écriture des sketchs de l’émission  » le poète citoyen » sur le portail F5. L’émission satirique diffusée régulièrement mettait en scène le comédien Mikhaïl Efremov interprétant les vers de Bykov. Un sujet d’actualité brûlante tel que « Medvedev propose la candidature de Poutine à la présidentielle », ou « Le procès de Ioulia Timochenko », à la manière des grands auteurs comme Schakespeare, Gogol ou Gorki. Le feuilleton rencontre un large succès et le poète un accueil enthousiaste du public. Par le choix de ces deux figures aux premiers rangs, les votants n’ont pas tranché la question du leadership du mouvement de l’opposition.

Dmitry_Bykov_2006

Répressions législatives et judiciaires, remise au pas par le Kremlin.

Face à ce mouvement, le Kremlin cherche à calmer la rue, en effrayant plus qu’en réprimant massivement. Il durcit certaines législations et opère des répressions ciblées contre certaines personnes, des leaders en vue ou des membres des organisations de défense des droits de l’homme. La remise au pas s’avère plus insidieuse que massive.

D’un point de vue juridique, la législation sur les meetings a été durcie au printemps-été 2012. A partir du 7 janvier 2013, la loi sur « Hyde park » entre en vigueur. Elle définit les emplacements où les activistes peuvent tenir des meetings sans déclaration préalable auprès des autorités. A Moscou, les lieux comme le parc Gorki ou le parc Sokolniki sont désignés.

La législation touche aussi les ONGs, principalement œuvrant dans la défense des droits de l’homme. Un texte de loi, adopté le 13 juillet, qualifie d' »agents de l’étranger » les associations bénéficiant d’un financement étranger et ayant une activité politique. Ces ONGs doivent désormais s’enregistrer au Ministère de la Justice dans la liste des « agents étrangers » et déclarer l’obtention de leurs financements. La sanction suprême pour le non-respect de cette loi consiste en deux ans d’emprisonnement. Toutefois, malgré l’évidence du financement étranger de certaines ONGs, aucune d’entre elles ne s’est encore enregistrée[16]. La loi n’est pas encore appliquée, et les associations ne sont pas encore inquiétées. Tout laisse à penser qu’il s’agit plus d’intimidation que de répression effective.

Dans la lignée du durcissement de la législation, fin octobre, la chambre basse du Parlement vote une loi qui élargit les notions d’espionnage, de trahison et de secret d’Etat. Une personne peut être accusée de haute trahison, si elle transmet des informations secrètes aux gouvernements étrangers, comme tel est le cas auparavant, mais aussi si elle fournit des consultations ou des aides matérielles ou financières à des organisations internationales, qui cherchent à nuire à la sécurité, au système constitutionnel, à l’intégrité territoriale de la Russie. La peine peut aller jusqu’à 8 ans de prison.

Fin juillet, une nouvelle loi sur la diffamation est promulguée. Elle implique une responsabilité non plus civile, mais pénale, et fait peser un risque sur la liberté d’expression. De plus, depuis l’automne, les députés préparent une loi sur « la régulation d’internet ».

Outre la remise au pas législatif, plusieurs leaders en vue ou certains manifestants pris au hasard subissent des répressions ponctuelles. Une vingtaine d’activistes, dont les personnes arrêtées le 6 mai sont à l’heure actuelle aux arrêts. Le pouvoir n’organise pas un procès collectif mais des jugements au cas par cas[17]. D’autres leaders de l’opposition, dont Sergueï Oudalstov et Leonid Razvozjaev, du Front de gauche, ou encore Alexei Navalny, sont inquiétés par la justice.

Leonid Razvozjaev, l’assistant parlementaire d’Ilya Ponomariov, est accusé d’avoir voulu organiser des troubles de masse, en collaboration avec le gouvernement géorgien. L’enquête a été ouverte suite à la diffusion d’un documentaire de la chaîne NTV « Anatomie de la contestation-2[18]« . Il a été arrêté en Ukraine, où il cherchait à fuir pour obtenir l’asile politique et les policiers lui ont arraché des confessions. Enfermé en détention provisoire, il risque 10 ans de prison.

Les répressions peuvent être parfois moins dramatiques : Ksenia Sobtchak, la journaliste et présentatrice de télé a perdu tous ses contrats avec les grandes chaînes de télévision fédérales, après sa participation active au mouvement d’opposition et dans le conseil de coordination de l’opposition. Sa sincérité a été initialement mise en doute, en raison de son lien avec Vladimir Poutine. Son père, Anatoly Sobtchak, ancien maire de Saint-Pétersbourg, était aussi le parrain politique de l’actuel locataire du Kremlin.

Le discours du Kremlin convainc-t-il encore ?

Pour soutenir le pouvoir en place et sa légitimité, le Kremlin développe une ligne idéologique qui pourrait se résumer dans la formule « tous ensemble pour la Russie prospère ». En effet, l’unité du pays et des citoyens est mise en avant. Les opposants menacent cette union et font peser le risque de l’éclatement du pays. Il semblerait que le pluralisme politique constitue encore une étrangeté et soit perçu négativement, comme porteur de risques.

Par ailleurs, Poutine agite le spectre de la « révolution de couleur » devant la population russe. Dans l’ancien espace soviétique, la « révolution des roses » en Géorgie en 2003, la « révolution orange » en Ukraine en novembre 2004 ou encore la « révolution des tulipes » au Kirghizstan en mars 2005 sont réputées être téléguidées et financées par l’Occident. Ainsi, la peur de l’immixtion des puissances étrangères, et au premier rang desquelles les Etats-Unis, inquiète la population autant que le pouvoir. Le Kremlin frappe souvent ses adversaires de l’anathème selon lequel ils seraient financés par le Département d’Etat.

De plus, le Kremlin s’appuie sur le désir de stabilité de la population. Cette notion reste encore plébiscitée. Les années 1990, avec la succession de crises politiques et économiques, représentent un repoussoir pour la population, dont se sert aussi le pouvoir, pour justifier sa longévité aux affaires. Enfin, le pouvoir en place souligne l’absence de leader assez solide pour prendre la place de Poutine. Les formules : « Si ce n’est Poutine, qui d’autre ? » et « Poutine ou le chaos » sont exploitées dans les meetings et dans la presse.

Le Kremlin peut encore s’appuyer sur une large portion de la population. Même si elle s’avère désenchantée par le locataire du Kremlin, elle ne considère pas l’opposition comme une solution. Entre les deux maux, certaines franges de la population optent pour la stabilité plutôt que pour des choix trop aventureux. Ainsi, en août 2012, l’institut de sondages, le Centre Levada, montre que les Russes soutiennent la censure d’internet à 62 %, la loi sur la diffamation à 58 % et le contrôle plus strict des ONG à 45 %[19].

De la même manière, en octobre 2012, les sociologues du Centre Levada montrent que les Russes considèrent que l’action de Pussy Riot dans la cathédrale relève de l’hooliganisme à 41 % et que les trois jeunes femmes ont reçu une peine trop clémente à 43 %[20]. Pour mémoire, Pussy Riot est un groupe punk féministe, dont trois membres, Ekaterina Samoutsevitch, Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina, ont été placées en détention provisoire en mars 2012 pour avoir, selon la justice russe, profané l’autel de la Cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, en chantant une prière punk contre Vladimir Poutine. Elles protestaient contre l’instrumentalisation par le Kremlin de l’Eglise orthodoxe, qui conserve la sympathie d’une large frange de la population russe. Après un premier jugement en août 2012 et un appel en octobre suivant, deux des jeunes femmes sont condamnées fermement à 2 ans de détention en camp, quand la troisième voit sa peine muer en condamnation avec sursis. Au vu de la peine sévère, l’opinion publique internationale s’est émue et mobilisée en leur faveur.

pussy_riot

Dans son entreprise de conquête de l’opinion publique, Vladimir Poutine est aidé par les bonnes performances économiques du pays. Dans la décennie 2000, la croissance s’établit aux alentours de 6-7 % par an. Après la crise de 2008, elle s’est néanmoins vue réduite de moitié[21]. La Russie bénéficie évidemment de la rente pétrolière dans une décennie où les prix du pétrole ont été multipliés par 4[22]. Les responsables politiques ont diffusé cette manne financière à la population à travers différents subsides. Les pensions de retraite ont été relevées, tandis que les salaires de certaines catégories comme les enseignants et les personnels de santé ont connu également des hausses. La politique sociale active renforce les bases de l’électorat de Russie Unie, constitué par les retraités, les fonctionnaires, les employés des entreprises publiques.

Emergence d’une société civile

Ainsi, la « révolution de couleur » ne s’est pas produite et l’équipe au pouvoir est restée en place. Echaudée par l’expérience des années 1990, la majorité de la population ne souhaite pas de révolution, qui risquerait de placer au pouvoir non pas les personnes les plus compétentes, mais les plus aventureuses et les plus ambitieuses. Il s’agit avant tout de consolider l’Etat de droit dans un pays qui a commencé à s’ouvrir aux règles de la démocratie et du marché il y a une vingtaine d’années seulement.

Une partie de l’opposition réclame également une évolution, et non une révolution. Toutefois, le pouvoir ne s’y résout pas de lui-même et l’opposition libérale poursuit ses pressions à travers des mobilisations de rue. Le 13 janvier 2013, la « marche contre les canailles » a réuni 50 000 manifestants selon les organisateurs et 7 000 personnes selon la police. En plus des slogans habituels, ils entendaient protester contre la loi interdisant l’adoption d’enfants russes par les ressortissants américains, loi adoptée en réponse à la loi Magnistki promulguée par Barack Obama en décembre 2012. Pour mémoire, d’après cette loi, les fonctionnaires de police, de justice et du service des impôts russes, impliqués dans l’affaire suivi par l’avocat Sergueï Magnistki, mort en prison, verront leur demande de visa pour les Etats-Unis refusée et leurs avoirs immobiliers et leurs comptes bancaires gelés.

Il semble que les bases du mécontentement se soient élargies après cette année marquée par une vague de protestation, inconnue depuis l’avènement de Poutine au pouvoir, et une remise au pas ciblée mais ferme. L’intérêt pour le débat politique s’est renforcé. Le lien entre la vie quotidienne et les décisions gouvernementales est plus fréquemment établi. La rhétorique du Kremlin a moins de prise sur la population russe. Même si des contestations préexistaient et des associations défendaient certains droits outragés, le mouvement de contestation peut être considéré comme l’émergence de la société civile russe. Toutefois, de cette année de protestations, il ne s’est pas dégagé de leaders incontestés, capables de challenger Vladimir Poutine, ni de parti suffisamment fort pour s’opposer à Russie Unie. Une profusion de partis a vu le jour, suite à la réforme promulguée sous Medvedev, grâce aux mobilisations de l’hiver 2011-2012. Comme souvent après une période d’autoritarisme, l’offre politique se montre pléthorique. En l’absence de réformes politiques et socio-économiques d’envergure, le désenchantement de la population ne pourra être que croissant.

Anne


[1] ONG Golos, dirigée par Karine Clément : http://www.golos.org/news/4567

[2] plateforme collaborative Carte des infractions : http://www.kartanarusheniy.org/

[3] Manifestation du 10 décembre 2011 sur le site ria.ru : http://ria.ru/trend/mass_street_protest_Moscow_10122011/

[4] Photos des rassemblements sur la Place Bolotnaya : http://www.ridus.ru/news/14365/

[5] Sur la manifestation du « Cercle blanc » :http://www.ng.ru/regions/2012-02-27/2_ring.html

[6] Alexandre Bykbov, « Mobilisation à Moscou : ni « manifestation de l’opposition », ni « révolution arabe », revue Mouvements, 12 janvier 2012 : http://www.mouvements.info/Mobilisation-a-Moscou-ni.html

[7] Programme minimum du Front de gauche : http://www.leftfront.ru/48F784C4B937D/4F17DEC000CC2.html

[8] Site de l’ONG Rous’ sidyachaya : http://rus-sidyashaya.org/?page_id=100

[9] Liste officielle des partis enregistrés par le ministère de la Justice : http://www.minjust.ru/nko/gosreg/partii/spisok?theme=minjust

[10] Documentaire « Anatomie de la contestation » sur la chaîne NTV : http://www.ntv.ru/video/peredacha/296996/

[11] Vidéos de poutings : http://www.youtube.com/watch?v=NoIxj_OxR-0, http://www.youtube.com/watch?v=437hhWWI03g

[12] Résultats du scrutin sur le site du Conseil de coordination de l’opposition : http://www.cvk2012.org/news/rezultaty_golosovaniya/

[13] Bio Navalnyi sur son site : http://www.navalny.ru/about/

[14] Plateforme collaborative RosPil : http://rospil.info/

[15] Plateforme collaborative RosYama : http://rosyama.ru/

[16] Liste vide des agents étrangers sur le site du Ministère de la Justice : http://unro.minjust.ru/NKOForeignAgent.aspx

[17] Le comité du 6 mai, constitué en soutien à ces manifestants arrêtés organise des actions et informe sur leur situation : http://6may.org/

[18] Documentaire « Anatomie de la contestation-2 » : http://video.yandex.ru/users/vikinformburo/view/5/#

[19] Résultats d’enquête du Centre Levada : http://www.levada.ru/01-08-2012/otnoshenie-k-zakonodatelnym-initsiativam-poslednego-vremeni

[20] Résultats d’enquête du Centre Levada : http://www.levada.ru/02-10-2012/nakazanie-uchastnitsam-gruppy-pussy-riot-tret-rossiyan-sochla-adekvatnym

[21] Données sur la croissance du PIB de la Fédération de Russie sur le site de la Banque mondiale : http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/NY.GDP.MKTP.KD.ZG

[22] Données sur la croissance du prix du pétrole sur le site de l’OPEP : http://www.opec.org/opec_web/en/data_graphs/40.htm