Un « grand projet inutile » au Nicaragua

imagesLe 22 décembre, malgré les nombreuses mise en garde1, le Président du Nicaragua, Manuel Ortega, a lancé les travaux du canal inter-océanique visant à doubler et concurrencer le canal de Panama.

D’importantes manifestations d’opposants, paysans, communautés indigènes, associatifs, écologistes, s’en sont suivies, violemment réprimées, en particulier le 24 décembre : des blessé-es, des séquestrations, des emprisonnements, des accusations de tortures.

Ce projet pharaonique, d’un coût de 50 milliards de dollars ( déjà 5 fois le PIB nicaraguayen, les experts l’ évaluent plutôt à 80 ), menace gravement les populations, l’éco-système et les institutions mêmes du pays.

L’entreprise chinoise(HKND) en charge des travaux, établie aux îles Caïman et qui ne dit toujours pas d’où proviennent ses capitaux,, a obtenu une concession de 50 ans (renouvelable pour le même temps) , sans limite remettant en cause la souveraineté du pays sur un vaste territoire, l’exonérant d’impôts et de toute législation nationale ou internationale.

30 000 ruraux doivent être expulsés en très peu de temps, sans ménagement, ni compensation, d’ici Mars, comme s’y est engagé le président. Certains de ces habitants se disent prêts à prendre les armes pour se défendre.

Or, cette violence sociale s’exerce pour un canal dont on peut douter de l’utilité, voire même de la réalisation, et qui est un véritable scandale écologique pour lequel aucune étude d’impact n’a été diligentée2.

La destruction évidente de l’environnement sur les 278 Kms prévus dans une nature tropicale, fragile (400 000hectares de terre humide), traversant 2 réserves naturelles protégées, entrainant la disparition de 22 espèces migratoires, il met en danger le 2ème plus grand lac d’Amérique Latine (8000 Km2).

Il doit en effet emprunter le lac Cocibolca sur plus de 100 kms avec des conséquences irréparables : asséchement du fleuve qui y conduit, salinisation de l’eau, énorme pollution due aux travaux. Auxquels il faut ajouter le déplacement de 2 millions de tonnes de boue car il n’a pas la profondeur requise pour la taille actuelle des bateaux, ce qui oblige à le creuser. C’est la plus grosse réserve d’eau potable de la région qu i va disparaitre, une réserve hydrique indispensable à la survie des populations.

Encore n’évalue-t-on que les effets à court et moyen terme de la destruction de tout un éco-système qui risque d’entrainer des modifications climatiques sur un vaste territoire. Pour un canal dont on n’est même pas sûr qu’il fonctionne un jour. D’après les spécialistes, la spécificité du lac, un courant en spirales qui le remplit régulièrement de sédiments, rend titanesque son entretien. Et le rend peu concurrentiel face à l’élargissement annoncé du Canal de Panama.

Les écologistes ne peuvent rester indifférents aux menaces que ce ‘ « grand projet inutile » fait peser sur les Nicaraguayens, leur environnement, voire sur les populations et l’éco-système d’une sous-région continentale.

Il faut s’associer à l’opposition au projet qui demande :

  • la libération des manifestants prisonniers ;
  • la fin de la répression,
  • l’abrogation de la loi autorisant le percement du canal,
  • l’annulation des contrats l’accompagnant.

Il faut rappeler l’absolue nécessité d’une transition énergétique et écologique qui rendra obsolète ce canal avant même qu’il ne soit achevé.

Il faut dénoncer la disparition d’une réserve importante d’eau potable, alors que cette ressource vitale tend à s’amenuiser.

A l’heure où tout doit être fait pour lutter contre le réchauffement climatique, il faut condamner la destruction de l’éco-système d’un si vaste territoire, qui ne peut que l’amplifier.

La suspension de grands travaux de ce type doit être posée lors de la Cop 21 de Paris.

Françoise Alamartine, à partir de notre correspondant « Vert » au Nicaragua

1Dont celles de M jaime Incer, ex-conseiller à l’environnement du Nicaragua

2Devant les protestations, la société HKND a promis un rapport pour Avril, soit 4 mois après le début des travaux.

Remonter